Partenaire officiel de Paris Photo depuis neuf ans, la Banque Privée de J.P. Morgan présente « Collective Identity », une sélection d’œuvres tirées de la JPMorgan Chase Art Collection

Partenaire officiel de Paris Photo depuis neuf ans, la Banque Privée de J.P. Morgan présente cette année une large sélection de portraits photographiques tirés de la JPMorgan Chase Art Collection. L’exposition Collective Identity rassemble des œuvres emblématiques ainsi que des acquisitions récentes d’artistes originaires d’Afrique, d’Asie, d’Europe, du Moyen-Orient et des Amériques.

Nous inspirant de la philosophie de Paris Photo, qui accorde traditionnellement une grande place aux artistes émergents, nous avons sélectionné des œuvres acquises au tout début de la carrière de l’artiste ou de sa reconnaissance par le public. À travers un vaste éventail de supports et de techniques, les artistes construisent, observent, ils immortalisent les mortels, captent leurs environnements, naviguant entre réalisme direct et représentations abstraites ou conceptuelles. Fruit du travail de toute l’équipe de la JPMorgan Chase Art Collection, l’exposition reflète la diversité de la collection et son identité internationale à l’heure où nous célébrons son 60e anniversaire.

Dans cet article, nous analysons certaines de ces œuvres, et la manière dont les artistes s’expriment sur différents thèmes sociaux, politiques et historiques ainsi que sur les expériences humaines que nous partageons.

Ayana V. Jackson (American, born 1977);
Tignon
, 2015
Archival pigment print; Acquired in 2016; 
JPMorgan Chase Art Collection; 
Courtesy the artist and Mariane Ibrahim Gallery

La photographie d’Ayana Jackson rend hommage à la diaspora africaine en abordant les thèmes de la mémoire et de l’identité. Elle se livre à des recherches poussées pour chacun de ses portraits et y intègre des références provenant de photographies antérieures, y compris de certains de ses proches. Dans cette œuvre, l’artiste recourt à des vêtements d’époque afin d’évoquer et de célébrer les femmes noires de la classe moyenne du XIXe siècle.

Le titre fait référence à la loi Tignon, imposée dans les années 1790 aux femmes d’origine africaine dans la Nouvelle Orléans sous contrôle espagnol. Cette loi rendait obligatoire le port d’une tenue « correcte » dans la société coloniale, qui contraignait les femmes à couvrir leur chevelure. Dans cet autoportrait, Jackson joue le rôle d’une femme d’origine africaine dans une pose digne et assurée. Ses cheveux sont parés d’une coiffe élégante, une manière créative de subvertir l’oppression par cette loi oppressante et d’affirmer son autonomie en tant qu’objet et sujet de la photographie, permettant au spectateur d’imaginer différentes histoires liées au sujet de cette photo.

Carolle Bénitah (French Moroccan, born 1965)
Toto à 7 mois, 2018
Digital print enhanced with gold leaf;
Acquired in 2018; JPMorgan Chase Art Collection;
Courtesy the artist and Galerie 127

Toto à 7 mois explore la famille et la mémoire, témoignage des propres expériences de l’artiste sur ces thèmes.

Lorsque Carolle Bénitah a grandi au Maroc, toutes les photographies de la famille ont été jetées par désespoir lorsqu’un membre de sa famille est décédé inopinément : l’un de ses parents ne supportait plus de voir ces images. L’artiste a alors commencé à recueillir des photographies de familles sur des marchés en plein air et dans des magasins d’antiquités, créant ainsi une archive familiale de substitution dont les visages et les corps sont recouverts d’une feuille d’or, une surface vierge qui lui permet d’imaginer à leur place sa propre famille perdue tout en évoquant les peintures à feuille d’or de la Renaissance.

Née à Casablanca, Carolle Bénitah est diplômée de l’École de la Chambre Syndicale de la Couture Parisienne. Elle a travaillé comme conceptrice de mode pendant 10 ans avant de se consacrer à temps plein à la photographie en 2001.

Annette Lemieux (American, born 1957)
Striking a Pose, 1987
Gelatin silver print; Acquired in 1989;
JPMorgan Chase Art Collection;
© Annette Lemieux / Courtesy the artist and Mitchell-Innes & Nash, New York

Née à Norfolk en Virginie, Annette Lemieux est apparue sur la scène artistique dans les années 1980 et était considérée comme un membre de la « Pictures Generation » aux côtés d’artistes tels que Cindy Sherman, Barbara Kruger, Louise Lawler et Richard Prince. Ces artistes empruntaient des images au cinéma, à la télévision et à la publicité et les replaçaient dans leurs œuvres afin de créer de nouveaux sens.

L’œuvre Striking a Pose est reprise dans le livre Memoirs of a Survivor de l’artiste, un livre cartonné à reliure en toile rassemblant des tirages au gélatino-bromure d’argent.

Ryudai Takano (Japanese, born 1963)
Human Body 1/1, 1999 / 2017
Gelatin silver print; Acquired in 2017;
JPMorgan Chase Art Collection;
© Ryudai Takano, Courtesy Yumiko Chiba Associates

Ryudai Takano explore les thèmes de la sexualité et de la beauté du corps humain dans son œuvre, aidant le spectateur à « acquérir la sensation du lien qui l’unit aux corps d’autres personnes. »

L’artiste a commencé cette série d’œuvres comme une étude de son propre corps, qu’il a ensuite archivée avant de se décider à imprimer et exposer les images. Chaque œuvre est une série de négatifs imprimés à l’échelle 1:1 de son corps. Le travail récent de Ryudai Takano met en exergue sa fascination pour la diversité des corps humains et pour les conséquences sociales que ces différences peuvent engendrer en créant et en communiquant une identité tant individuelle qu’universelle.

Né à Fukui City, il a obtenu son diplôme auprès de l’Université des sciences politiques et économiques de Waseda en 1987.

Alexandra Colmenares Cossio (Peruvian, born 1986)
Untitled, 2017
Digital photograph; Acquired in 2017;
JPMorgan Chase Art Collection;
© Alexandra Colmenares Cossio

Alexandra Colmenares Cossio (Peruvian, born 1986)
Untitled, 2017
C-print; Acquired in 2017;
JPMorgan Chase Art Collection;
© Alexandra Colmenares Cossio

L’œuvre d’Alexandra Colmenares Cossio se fonde sur deux méthodes différentes mais complémentaires. Elle utilise la photographie pour rassembler des images sous la forme d’un journal intime visuel tout en travaillant sur des installations inspirées de ses propres actions et expériences et dans lesquelles le temps et l’espace jouent des rôles importants. Elle étudie les objets et les personnes qui l’entourent en se concentrant sur le corps humain – parfois son propre corps.

Chaque projet de l’artiste vise à remettre en question et à trouver des moyens de comprendre le quotidien en créant des liens entre les images et les objets. Le processus de prise de vues est au cœur de son œuvre : lorsqu’elle utilise la technologie numérique avec des processus analogiques, elle ne prend qu’une seule photo, comme avec un appareil analogique traditionnel. Le moment précis et la lumière d’un lieu et d’un moment particulier font partie intégrante de son processus de création.

Alexandra Colmenares Cossio a étudié la photographie au Centro De La Imagen à Lima, au Pérou, et les beaux-arts à la Kask School of Arts de Gand, en Belgique.

Neil Goldberg (American, born 1963)
Other Peoples’ Prescriptions, 2018
Suite of 8 inkjet prints on archival paper; Acquired in 2018;
JPMorgan Chase Art Collection;
Courtesy the artist and Cristin Tierney Gallery, New Yor

Le travail artistique de Neil Goldberg va de la photographie aux arts de la scène. Il est profondément ancré dans son expérience de vie quotidienne à New York. Artiste conceptuel à l’esprit subversif, fasciné tel un anthropologue par l’observation des personnes, Neil Goldberg exprime dans son œuvre son intérêt pour le rythme de la vie dans les rues de la ville et pour sa grande diversité.

Composé de huit photographies, cette œuvre capture l’individualité des personnes porteuses de lunettes ainsi que l’expérience universelle de ceux qui voient le monde au travers de l’expérience des autres. Elle constitue une invitation à la fois littérale et métaphorique destinée à mettre en exergue la façon dont les autres considèrent le monde. Et nous rappelle les expériences humaines partagées, peu importent l’âge, le sexe, l’ethnie ou tout autre identifiant.