Il est souvent difficile de parler d’argent, en particulier si vous vous préoccupez de savoir comment vos enfants s’adapteront à une augmentation soudaine de votre patrimoine familial.

« Est-ce qu'on est riche ? » A son retour du travail, Lina avait été choquée par cette question posée par sa fille de neuf ans, Natalie. Elle avait déployé tant d’efforts pour que ses enfants aient une vie « normale » malgré le succès de son entreprise. Certes, ils faisaient de beaux voyages et vivaient dans une maison confortable, mais sans aucune extravagance. Qu'allait-il se passer dans quelques semaines, quand la presse annoncerait sa part dans les produits de la vente de son entreprise ? Cette annonce allait-elle complètement déformer le sens du devoir et les valeurs de Natalie et de ses deux grands frères ? Leurs amis allaient-ils les traiter différemment ?

Comment parler d’argent avec mes enfants ?

Lorsque les familles songent aux valeurs qu’elles veulent transmettre, on note qu'il existe un objectif commun qui consiste à élever les enfants pour en faire des adultes responsables. Mais de nombreuses familles avouent éprouver des difficultés pour parler de richesse, et en particulier pour lancer la conversation : « Comment parler d’argent avec mes enfants ? »

Il est vrai qu’aborder ce thème avec des enfants peut être délicat, et ce pour de nombreuses raisons. Parfois, la gêne provient de croyances culturelles, dans lesquelles il est tabou de parler d’argent. Dans d’autres situations, les personnes craignent que leurs enfants oublient le sens de la motivation et du devoir, ou encore qu'ils considèrent l’argent comme un fardeau plutôt que comme une chance. Pourtant, le fait d'éviter de parler d’argent peut avoir des conséquences involontaires : les enfants peuvent avoir le sentiment qu'on ne leur fait pas confiance, qu’ils sont rejetés ou mal préparés. Une mauvaise communication à propos de l’argent et de son sens peut nuire à l’harmonie familiale, tout comme l’absence d’un processus décisionnel clair à propos des questions financières. En 2003, une étude a révélé que 70% des familles ne parvenaient pas à transmettre leur patrimoine au-delà de la troisième génération, et que la principale raison de cet échec était une rupture de la communication et de la confiance (dans 60% des cas)1.

Comment transmettre un enseignement à mes enfants en matière d’argent ?

La richesse peut être source d’opportunités et de défis pour la plus jeune génération, avec des impacts positifs ou négatifs. JP Morgan Private Bank a collaboré avec la célèbre pédagogue Susan Doty pour mettre au point un guide pratique à destination des parents et des grands-parents souhaitant préparer leurs enfants à la richesse, d'un point de vue financier, social et émotionnel. Il n’existe pas de formule magique, et les enseignements à propos de l’argent doivent être prodigués progressivement, avec des moyens adaptés à chaque âge. Le but de ces activités est d’aider les enfants à maîtriser des concepts et des habitudes clés au fil des années. Selon Maya Prabhu, Head of Wealth Advisory EMEA, c'est au fur et à mesure que les enfants se forgent des connaissances en matière d'argent, en recueillant des indices verbaux et non verbaux.

Pour donner à vos enfants les moyens de comprendre les questions d’argent, la première étape consiste à savoir ce qu'ils ont besoin d’apprendre. Nos experts ont dénombré sept compétences qui peuvent les aider à gérer l’argent efficacement et à participer au processus décisionnel d’une manière qui soit en phase avec les valeurs familiales :

Diagramme A : Les sept choses à apprendre aux enfants afin de les aider à prendre les bonnes décisions, en ligne avec vos valeurs familiales

Source : J.P. Morgan, Teaching Your Children About Wealth – A Guide For Parents And Grandparents, 2018
Le diagramme A présente les sept compétences fondamentales qui favorisent la prise de décisions conformes aux valeurs de votre famille.

Diagramme B : Comment utiliser des activités adaptées à chaque âge pour aider les enfants à réaliser leurs objectifs

Source : J.P. Morgan, Teaching Your Children About Wealth – A Guide For Parents And Grandparents, 2018
Le diagramme B présente des activités adaptées à l’âge qui peuvent aider à concrétiser ses objectifs.

Pour les tout-petits, par exemple, le fait d’avoir une tirelire peut aider à renforcer le concept de gratification différée. La petite enfance est le bon moment pour commencer à donner de l’argent de poche : la tirelire est alors remplacée par trois pots différents consacrés respectivement aux dépenses, à l'épargne et au partage. Pendant l’adolescence, l’enfant apprend à davantage planifier ses dépenses et s'initie aux jeux boursiers, avant de définir un plan de vie et d'éventuelles futures dépenses au début de l’âge adulte. Quand votre enfant atteint l’âge de six ans, le moment est bien choisi pour commencer à lui enseigner les bases de la cybersécurité (ou sécurité en ligne).

Il est important d’incarner un bon modèle pour vos enfants en exprimant et en manifestant vos valeurs familiales. Des valeurs partagées peuvent fédérer votre famille et aider à définir votre attitude par rapport au sens de la richesse, ainsi que guider vos prises de décisions financières. Comme dit l’adage, « les actions valent mieux que des mots » : la façon dont vous et votre famille vivez vos propres valeurs est donc essentielle. Par exemple, si parmi leurs valeurs, les parents souhaitent insister sur la frugalité des dépenses alors qu’ils multiplient les séjours luxueux, leurs enfants peuvent être déroutés.

Comment impliquer mes enfants dans les questions d’argent ?

L’une des principales questions que nous posent nos clients est de savoir s'ils ont besoin de révéler la somme de leur richesse à leurs enfants lorsqu’il est question d’argent. La réponse est non. Des discussions peuvent avoir lieu à propos des principes, du sens et des valeurs, sans mentionner de chiffres, que l’on pourra donner ensuite quand tout le monde sera plus à l’aise avec le sujet. Mais dans le monde actuel, où l’information est partout et facilement accessible en ligne, les enfants (ou leurs amis) peuvent déjà savoir, ou deviner, quelle est l'étendue du patrimoine familial.

Alors, comment Lina a-t-elle répondu à la question de sa fille Natalie ? Elle lui a expliqué que leur famille était à l'aise financièrement et qu’après la vente de son entreprise dans quelques semaines, elle disposerait de plus d’argent qu’il ne leur en faut. Lina a ensuite demandé à sa fille pourquoi elle lui avait posé cette question. Natalie a répondu que sa meilleure amie avait entendu dire que sa famille était très riche.

Lina a organisé une réunion de famille un dimanche soir, car elle souhaitait parler d'un projet. Avec la vente toute proche de son entreprise, elle souhaitait créer une fondation caritative pour partager une partie de ses gains. Ce projet reflétait la valeur de « partage » essentielle dans cette famille, un mot que Natalie et ses frères connaissent très bien car ils l’avaient beaucoup entendu, notamment quand ils se disputaient pour des jouets. Le projet de la famille impliquait de trouver un nom pour cette fondation. Lina a demandé à Natalie et ses frères d’en parler entre eux et de proposer un nom à la prochaine réunion de famille, prévue deux semaines plus tard. Les enfants se sont mis au travail, et après d’âpres discussions, ils ont proposé « The Happy Foundation », car ils souhaitaient que leur œuvre caritative rende d’autres enfants heureux.

Aujourd'hui, Natalie est âgée de 28 ans, et avec ses grands frères et ses parents, elle s’occupe de gérer la fortune familiale et est une des administratrices de The Happy Foundation. Elle décrit cette fondation comme le fil d’Ariane de leur identité et du sens de leur famille. Elle leur permet de discuter du sens et de la finalité de leur richesse, de jeter les bases de la communication familiale et des décisions en matière d’argent, et de tirer des enseignements essentiels en analysant les finances d’une œuvre caritative et en investissant la dotation de la fondation.

Pour Natalie et ses frères, la fondation donne également un sentiment d’accomplissement en leur permettant de rendre meilleur le monde qui les entoure. Chaque membre de la fratrie a eu la possibilité d'investir d’abord une partie de son argent de poche, puis de son salaire, dans The Happy Foundation, ce qui procure un fort sentiment d’adhésion à la philanthropie familiale. En dehors de la philanthropie, la planification de vacances en famille peut aussi être un moyen agréable d’apprendre des choses sur les prix et les décisions financières.

Préparer les futures générations à gérer un patrimoine peut être une expérience enrichissante permettant de resserrer les liens familiaux. Il existe de nombreuses façons d’aborder ce processus en fonction des valeurs et des préférences de votre famille.

J.P. Morgan peut vous aider à guider vos enfants et à leur fournir des exemples forts. N’hésitez pas à contacter votre conseiller J.P. Morgan pour en savoir plus ou pour obtenir de l’aide dans la gestion de votre patrimoine.

 

 

1 Roy Williams et Vic Preisser, Preparing Heirs (San Francisco, Robert D Reed Publishers, 2003)