Situer le bureau

Votre bureau le plus proche

Votre agence la plus proche

Économie et marchés

Market Thoughts : Tenir fermement les rênes

15 juin 2023

Les récentes fluctuations soudaines des marchés, une économie américaine statique et les difficultés à venir. Notre réponse : prendre des risques ciblés.

 

Market Thoughts : Tenir fermement les rênes

  • L'approche actuelle de la politique monétaire est basée l’évolution des indicateurs. Les experts continuent de faire croire à une absence d'atterrissage pour l'économie mondiale. Nous allons atterrir. Reste à savoir quand et comment.
  • La question qui se pose aujourd'hui sur le marché est la suivante : « Les problèmes rencontrés par le secteur bancaire américain sont-ils idiosyncratiques ou systémiques ? » À mon avis, les deux. La principale cause est le rythme de hausse des taux d'intérêt.
  • La possibilité que le gouvernement américain choisisse la voie du défaut sur sa dette fait couler beaucoup d'encre. Cette question ne devrait jamais se poser. Ce risque est faible, mais réel.
  • Compte tenu de la volatilité des marchés, il s'agit d'un environnement dans lequel nous prenons des risques très ciblés. La volatilité peut créer des opportunités. La volatilité non maîtrisée peut avoir l'effet inverse.



La poursuite du bras de fer entre les tenants de la récession et les optimistes fait se dissiper une partie du « brouillard de guerre ». Mais le signal de fin de partie n'est pas prêt de retentir. Les indicateurs macroéconomiques sont volatils, tout comme les marchés. Les investisseurs n'en savent pas encore assez sur ce qui les attend. Les tendances sont difficiles à interpréter dans un environnement de transition.

La crainte de laisser échapper des opportunités a refait surface dans le discours du marché. Paradoxalement, les liquidités inutilisées pourraient limiter l'ampleur de la correction des marchés. Faites un jeu avec votre famille et vos amis. Demandez-leur qui attend une baisse du marché actions pour acheter. Puis, « À quel niveau de baisse ? ». À mon avis, la plupart répondront 5 % à 10 %. C’est la réponse la plus fréquente.

Les marchés évoluent actuellement à l'intérieur d'une fourchette. Le S&P 500 a évolué dans les mêmes grandes fourchettes pendant la majeure partie de l'année. Les liquidités inutilisées ne nous permettront probablement pas de revisiter le point bas d'octobre dernier, à moins que la situation ne se détériore réellement.

La dépendance dogmatique envers les indicateurs est la façon dont je caractériserais l'approche actuelle de la politique monétaire. Cela, ou « la confusion a un prix ». C'est un extrait de la chanson « Helplessly Hoping » de Crosby, Stills & Nash. Un mantra de lutte contre l'inflation tout à fait approprié.

La Réserve fédérale s'est préparée à une éventuelle pause en juin dans le relèvement des taux d'intérêt. Nous verrons bien. Le rythme de resserrement a été le plus rapide et le plus affirmé jamais observé depuis les années 1980, avec dix hausses consécutives totalisant 500 points de base en un peu plus d'un an. Nous sommes revenus à des niveaux de taux directeurs que nous n'avions plus connus depuis 2007.

Non seulement la politique monétaire agit avec un certain décalage, mais les banques qui restreignent les crédits constituent un frein supplémentaire pour l'économie mondiale, ce qui équivaut à accentuer le durcissement de la politique monétaire. Si j'étais à la tête de la Réserve fédérale, je ferais une pause en juin. Le temps joue en sa faveur ; elle a déjà fait la majeure partie du travail.

L'inflation continue de céder du terrain, mais elle est encore trop élevée. Les récents indicateurs économiques américains ont montré que la dynamique des salaires était élevée, mais commençait à s’essouffler. Il en va de même pour le marché du travail en général. L'économie ralentit tout en se portant bien. Autant de bonnes nouvelles pour les partisans d'un atterrissage en douceur. Mais la Réserve fédérale est consciente que sa lutte contre l'inflation est loin d'être terminée.

Après avoir relevé ses taux de 25 points de base en mai, la Banque centrale européenne (BCE) a laissé la porte ouverte à de nouvelles hausses de taux. À l'instar de la Réserve fédérale, elle a fortement augmenté les taux d'intérêt (graphique 1). La BCE a relevé ses taux de 375 points de base en un an environ. Nous sommes revenus à des niveaux observés pour la dernière fois en 2008.

Graphique 1 : La Réserve fédérale américaine et la BCE ont relevé de manière offensive leurs taux directeurs

Sources : banques centrales nationales, Haver Analytics. Données de mai 2023.
Graphique linéaire en date de mai 2023 montrant les taux directeurs des banques centrales des États-Unis et de la zone euro, exprimés en pourcentage sur l'axe des ordonnées, avec des points de données mensuelles depuis 2003 en abscisse. Une note en bas du graphique précise que pour la zone euro, le taux de la facilité de dépôt est indiqué. Début 2005, les États-Unis ont fortement augmenté leurs taux, jusqu'à 5,3 %, tandis que la zone euro a commencé à le faire au début de l'année 2006, atteignant un taux record de 3,3 % en 2008. En 2009, les taux directeurs ont oscillé autour de zéro dans les deux régions. La zone euro a relevé ses taux à 0,8 % fin 2011, tandis que les États-Unis sont restés stables. Les taux directeurs américains ont commencé à augmenter en 2016, atteignant un pic de 2,4 % en juillet 2019. Toutefois, les taux directeurs de la zone euro ont diminué au cours de cette période pour atteindre -0,5 % à la fin de 2019. Après avoir évolué autour ou en dessous de zéro depuis début 2020, les taux directeurs ont augmenté dans les deux régions, les banques centrales procédant à des hausses offensives pour atteindre récemment 5,1 % aux États-Unis et 3,3 % dans la zone euro.

La BCE a une seule mission : maintenir la stabilité des prix. Le double mandat de la Réserve fédérale comprend la stabilité des prix et le maintien de l'emploi. Si la Réserve fédérale maintient son statu quo en juin et que la BCE poursuit son resserrement, l'euro devrait conserver sa vigueur récemment observée.

Les commentateurs continuent de faire croire à une absence d'atterrissage pour l'économie mondiale. Pour ceux qui ont déjà « apprécié » être bloqués dans un avion en phase d'attente, le fait de tourner en rond est une meilleure analogie qu’une absence d'atterrissage pour l'économie. Nous allons atterrir. Reste à savoir quand et comment.

 Il est peu dire que ces derniers mois ont été un véritable tourbillon pour les marchés. La question qui se pose aujourd'hui est la suivante : « Les problèmes rencontrés par le secteur bancaire américain sont-ils idiosyncratiques ou systémiques ? » À mon avis, les deux.

La cause première - la hausse des taux d'intérêt - est systémique. Les problèmes qui ont entraîné la faillite de certaines banques semblent idiosyncratiques. Mais nous n'avons pas fini d'assister à des chocs de moindre ampleur dans le système. Notamment en raison du rythme auquel les taux ont augmenté.

Dans un contexte de taux d'intérêt plus élevés, les investisseurs reconnaissent que les bilans des banques sont sensibles au passif. La question clé ? Les gros titres dans les médias et les conséquences négatives de l'évolution des prix provoqueront-ils de nouvelles sorties de dépôts ? C'est le parfait effet de retour pour la vente à découvert.

En dépit de tout le battage autour du mot « crise », nous ne sommes pas confrontés à une crise bancaire. Les investisseurs sont à juste titre préoccupés et le secteur bancaire est en proie à des tensions. Ce à quoi nous assistons ressemble davantage à la crise de l'épargne et du crédit des années 1980 qu'à la crise financière mondiale de 2007-2008. C'est une bonne et une mauvaise nouvelle. La crise de l'épargne et du crédit s'est traduite par une « lente hémorragie » de l'économie. La crise financière mondiale a provoqué choc et effroi.

Les mesures prises à ce jour par les régulateurs ont montré leur volonté d'en faire plus, si nécessaire. Les régulateurs et Washington devront se pencher sur l’argument de l'aléa moral qui consiste à encourager les mauvaises (ou incompétentes) équipes de direction des banques à prendre des risques aux dépens des contribuables.

Au début de l'année, j'estimais le risque de récession aux États-Unis à environ un tiers. Après les événements de ces derniers mois, c'est une question de pile ou face. Si le système bancaire subit une série de chocs supplémentaires, le risque d'un atterrissage brutal sera rapidement envisagé. Les indicateurs macroéconomiques ne permettent tout simplement pas de le prévoir pour l'instant. Les choses peuvent changer.

Nous assistons à un ralentissement de l'économie mondiale. Dans mon scénario de base, j'envisage un atterrissage en douceur ou une récession de faible ampleur. Mais les perspectives sont incertaines en raison de l'augmentation des risques. Je surveille de près les marchés du crédit. Ils ont connu des turbulences, mais jusqu'à présent, ils ne se sont pas montrés préoccupés par un atterrissage brutal. Ils affichent toutefois des signes de tension modérée. Les marchés du crédit sont un indicateur fiable. Il en va de même pour les banques.

Les marchés obligataires poursuivent leur course folle. Cela dit, les actifs risqués tiennent le choc. Les grandes entreprises technologiques ont porté les rendements des marchés actions américains cette année. Nous sommes prudents concernant les actifs risqués. L’inversion de la courbe des rendements des obligations d'État américaines reste à des niveaux inédits depuis plus de 40 ans (graphique 2). Cette situation s'explique en partie par des facteurs techniques, à savoir des positions à la vente qui suivent la tendance et qui sont contraintes de liquider. Une partie de ce phénomène est d'origine fondamentale et repose sur des perspectives d'atterrissage brutal.

Graphique 2 : La courbe des rendements des emprunts d'État américains reste fortement inversée

Source : Bloomberg Finance LP ; données mensuelles d’avril 2023. Les zones grisées indiquent les récessions économiques selon le NBER et la ligne en pointillé représente le spread moyen sur la période indiquée.
Graphique linéaire de la courbe de rendement des obligations d'État américaines (définie comme l'écart de rendement entre les obligations du Trésor américain à 10 ans et les bons du Trésor à 3 mois), indiquée en points de base sur l'axe des ordonnées et représentée par des points de données mensuelles depuis 1981 jusqu'à avril 2023 sur l'axe des abscisses. En avril 2023, la courbe des rendements affiche une importante inversion de -160 points de base, un niveau inédit depuis 1981. La ligne en pointillé indique une valeur moyenne de 168 points de base sur la période présentée. Des inversions ont également été observées en 1981 (inversion de -160 points de base), 1989 (-30 points de base), 2000 (-78 points de base), 2007 (-56 points de base) et 2019 (-48 points de base). Ces inversions antérieures ont été suivies par des récessions économiques telles que définies par le NBER, qui sont représentées par les zones grisées.

L'économie ralentit, tout comme l'inflation. Les indicateurs de l'emploi restent robustes. L'économie américaine ne semble pas basculer rapidement dans une récession. C'est une bonne nouvelle pour la consommation et la croissance des chiffres d'affaires. Jusqu'à présent, les marges des entreprises se portent bien elles aussi, et restent supérieures à leurs niveaux historiques.

Les marges du S&P 500 devraient continuer à se rapprocher de leurs niveaux tendanciels à long terme, soit environ 11 % sur les dix dernières années et 10 % sur les vingt dernières années. Les marges se situent actuellement autour de 11,5 %. Elles ont culminé à environ 13,5 % au premier trimestre 2022.

La demande de fret continue de baisser, tout comme l'activité de la chaîne d'approvisionnement. Les prix des matières premières dans leur ensemble continuent également de baisser, en particulier ceux de l'énergie et des denrées alimentaires. Les banques centrales parviennent à leurs fins. Reste à savoir jusqu'à quel niveau les taux directeurs devront être augmentés avant que ce cycle de resserrement ne prenne fin.

La possibilité que le gouvernement américain choisisse la voie du défaut sur sa dette fait couler beaucoup d'encre. À mon avis, cette question ne mérite pas les gros titres. Le plafond de la dette sera relevé. C'est inéluctable. Reste à savoir combien de temps cette situation peut durer avant que les marchés ne réagissent.

Pour reprendre les mots de Jay Powell, nous ne devrions pas parler d'un monde où les États-Unis ne paieraient pas leurs factures. Cela dit, « jamais » est un mot que j'ai cessé d'utiliser après la crise financière mondiale de 2007-2008. Chaque pays doit être attentif à son niveau d'endettement. Les niveaux d'endettement sont trop élevés dans le monde entier, y compris aux États-Unis. Il faut s'attaquer à cette question de manière sérieuse, et non faire du théâtre politique.

Nous suivons de près les événements qui se déroulent à Washington. Le risque extrême est peut-être faible, mais il est bien réel. Nous avons déjà vu les credit default swap (CDS) de l'État américain atteindre des niveaux que nous n'avions pas observés depuis 2011-2012. Je garde un œil sur les CDS américains, car c’est un élément qui ne devrait pas bouger. Lorsque c'est le cas, cela traduit l'inquiétude des investisseurs, qui se protègent contre des turbulences anticipées sur les marchés..

Si les événements se précipitent et que les marchés s'affolent vraiment, nous achèterons probablement des obligations d'État américaines et des actifs risqués.

Compte tenu des mouvements brusques que nous observons, nous continuons de prendre des risques de manière très ciblée dans cet environnement de marché. La volatilité peut créer des opportunités. Une volatilité non maîtrisée peut avoir l'effet inverse. La volatilité observée au cours de l'année écoulée a lourdement pesé sur les esprits (graphique 3). La confiance dans les perspectives à court terme n'est tout simplement pas rétablie... il faudra du temps pour la reconstruire.

Graphique 3 : Les marchés ont connu des épisodes de forte volatilité au cours de l'année écoulée

Source : Bloomberg Finance LP ; données quotidiennes en date du 11 mai 2023.
Graphique linéaire des indices VIX (échelle de gauche) et MOVE (échelle de droite) dont les niveaux sont indiqués sur des ordonnées distinctes. Les séries chronologiques sont affichées depuis 2017 jusqu'au 11 mai 2023 sur l'axe des abscisses, en utilisant des données quotidiennes. De 2017 à début février 2020, l'Indice MOVE a oscillé entre 40 et 90. En mars 2020, l'Indice VIX et l'Indice MOVE ont tous deux atteint des niveaux très élevés de respectivement 83 et 164. Depuis, l'Indice VIX évolue généralement dans une fourchette de 15-40. En revanche, l'Indice MOVE a de nouveau atteint des niveaux très élevés en 2022 et reste historiquement élevé. Au cours de la période indiquée, il a atteint un plus haut historique de 199 en mars 2023.

Au début de l'année, nous avons renforcé nos positions en actions européennes, financées au détriment des États-Unis. Je considérais cette réorientation comme un repositionnement défensif, avec un potentiel de hausse. Les valorisations en Europe sont attrayantes, à la fois d’un point de vue historique, et par rapport aux États-Unis. En cas de repli important du marché, la valorisation moins élevée de l'Europe devrait permettre une meilleure capture des baisses que les États-Unis. Si l'économie mondiale surprend positivement, l'Europe offre l'opportunité d'une nouvelle revalorisation. Elle a déjà bien progressé, ce qui a contribué à la performance des portefeuilles depuis le début de l'année.

Nous maintenons une légère surpondération des portefeuilles d’obligations à long terme. Nous avons allégé ces positions depuis l'année dernière, en investissant dans des obligations « investment grade », tant en Europe qu'aux États-Unis. Nous avons réduit les risques en misant sur la qualité. L'année dernière, nous avons également renforcé nos positions en obligations d'État à plus long terme en raison de la hausse des taux d'intérêt.

Les obligations jouent un rôle clé dans la diversification des risques au sein des portefeuilles. Compte tenu de la récente baisse des taux d'intérêt à long terme, nous avons activement suivi notre positionnement en termes de duration, tant dans les portefeuilles multiactifs que dans les portefeuilles obligataires.

Compte tenu de l'incertitude des perspectives et de la nervosité des marchés, nous maintenons la duration des obligations de qualité. Nous sommes plus enclins à acheter du crédit, notamment des obligations « investment grade », si nous constatons un élargissement des spreads. Les obligations « investment grade » européennes et américaines ne sont pas suffisamment attrayantes pour que nous nous y intéressions davantage. Elles figurent sur notre liste des achats.

La période qui s'annonce sera mouvementée. Nous ne sommes pas payés pour prendre de gros paris sur le marché. Conscients du brouhaha qui assombrit le paysage macroéconomique et le marché, nous continuons de penser que la bonne ligne de conduite consiste à tenir fermement les rênes en termes de risque.

 

DÉFINITIONS DES INDICES

L'indice S&P 500® est largement considéré comme le meilleur indicateur des actions américaines de grande capitalisation. L'indice comprend 500 sociétés de premier ordre et couvre environ 80 % de la capitalisation boursière disponible.

L'indice VIX est conçu pour produire une mesure de la volatilité implicite à 30 jours du marché actions américain, dérivée en temps réel de la médiane entre les cours acheteurs et les cours vendeurs des options d'achat et de vente de l'Indice S&P 500®. Au niveau mondial, il s'agit de l'une des mesures de la volatilité les plus reconnues, largement relayée par les médias financiers et suivie de près par divers acteurs du marché en tant qu'indicateur quotidien du marché.

L’Indice ICE BofA MOVE est un indice pondéré en fonction de la courbe des rendements qui mesure la volatilité implicite normalisée des options sur les bons du Trésor à un mois. Il représente la moyenne pondérée des volatilités des bons du Trésor CT2, CT5, CT10 et CT30 (moyenne pondérée des volumes implicites des contrats d’options sur bons du Trésor 1 mois 2 ans, 1 mois 5 ans, 1 mois 10 ans et 1 mois 30 ans, avec des poids respectifs de 20 %, 20 %, 40 % et 20 %).

Découvrez comment devenir client(e) de la Banque Privée de J.P. Morgan.

Veuillez nous donner quelques informations vous concernant et notre équipe vous contactera.

*Champs obligatoires

Découvrez comment devenir client(e) de la Banque Privée de J.P. Morgan.

Veuillez nous donner quelques informations vous concernant et notre équipe vous contactera.

Saisissez votre prénom

> ou < ne sont pas autorisés

Only 40 characters allowed

Saisissez votre nom

> ou < ne sont pas autorisés

Only 40 characters allowed

Sélectionnez votre pays de résidence

Saisissez une adresse valide

> ou < ne sont pas autorisés

Only 150 characters allowed

Saisissez votre ville

> ou < ne sont pas autorisés

Only 35 characters allowed

Sélectionnez votre Etat

> or < are not allowed

Saisissez votre code postal

Veuillez indiquer un code postal ZIP valide.

> or < are not allowed

Only 10 characters allowed

Saisissez votre code postal

Veuillez indiquer un code postal ZIP valide.

> or < are not allowed

Only 10 characters allowed

Saisissez votre code pays

Saisissez votre code pays

> or < are not allowed

Saisissez votre numéro de téléphone

Le numéro de téléphone doit être composé de 10 chiffres

Veuillez indiquer un numéro de téléphone valide

> or < are not allowed

Only 15 characters allowed

Saisissez votre numéro de téléphone

Veuillez indiquer un numéro de téléphone valide

> or < are not allowed

Only 15 characters allowed

Présentez-vous

0/1000

Only 1000 characters allowed

> or < are not allowed

La case n'est pas cochée

Votre historique récent

Informations importantes

PRINCIPAUX RISQUES

Le présent document est publié à titre d’information uniquement. Il peut vous renseigner sur certains produits et services proposés par les activités de gestion de patrimoine de J.P. Morgan, qui font partie de JPMorgan Chase & Co (« JPM »). Les produits et services décrits, ainsi que les frais, commissions, taux d’intérêt et exigences de soldes qui s’y rattachent, sont susceptibles d’être modifiés conformément aux contrats applicables au compte et peuvent varier selon les zones géographiques.

Les produits et services ne sont pas tous disponibles en tout lieu. Si vous êtes une personne handicapée et avez besoin d’un soutien supplémentaire pour accéder à ce document, veuillez contacter votre équipe J.P. Morgan ou envoyez-nous un e-mail à accessibility.support@jpmorgan.com pour obtenir de l’aide. Veuillez lire l’ensemble des Informations importantes.

RISQUES GÉNÉRAUX ET INFORMATIONS Y AFFÉRENTES

Les opinions, stratégies et produits présentés dans ce document peuvent ne pas convenir à tous les investisseurs et présentent des risques. Les investisseurs ne sont pas assurés de recouvrer l’intégralité du montant investi et les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L’allocation/la diversification des actifs ne garantit pas un bénéfice ni une protection contre les pertes. Aucune décision d’investissement ne saurait être fondée exclusivement sur les informations contenues dans ce document. Nous vous recommandons vivement d’examiner avec la plus grande attention les services, les produits, les classes d’actifs (par Exemple : les actions, les obligations, les investissements alternatifs, les matières premières, etc.) ou les stratégies présentées afin de déterminer s’ils sont adaptés à vos besoins. Vous devez également prendre en considération les objectifs, les risques, les frais et les dépenses associés aux services, produits ou stratégies d’investissement avant de prendre une décision d’investissement. Pour retrouver toutes ces informations, obtenir des renseignements plus complets et discuter de vos objectifs et de votre situation, veuillez contacter votre équipe J.P. Morgan.

EXCLUSION DE RESPONSABILITÉ

Certaines des informations contenues dans ce document sont considérées comme fiables. Cependant, JPM n’apporte aucune garantie quant à leur exactitude, leur fiabilité ou leur exhaustivité et ne saurait engager sa responsabilité pour les pertes ou les préjudices (qu’ils soient directs ou indirects) résultant de l’utilisation de tout ou partie de ce document. Nous n’apportons aucune garantie quant aux calculs, graphiques, tableaux, diagrammes ou commentaires figurant dans ce document, lesquels ne sont fournis qu’à titre d’exemple ou indicatif. Les points de vue, opinions, estimations et stratégies exprimés dans ce document constituent notre jugement sur la base des conditions actuelles du marché et peuvent varier sans préavis. JPM n’est nullement tenu de mettre à jour les informations citées dans ce document en cas de modification. Les points de vue, estimations et stratégies exprimés dans ce document peuvent différer de ceux exprimés par d’autres divisions de JPM, ou des points de vue exprimés à d’autres fins ou dans un autre contexte, et ce document ne doit pas être considéré comme un rapport de recherche. Les résultats et les risques anticipés se fondent exclusivement sur les exemples hypothétiques présentés ; les résultats et les risques effectifs varieront en fonction des circonstances particulières. Les déclarations prospectives ne doivent pas être considérées comme des garanties ou des prédictions concernant des événements futurs.

Ce document ne saurait être interprété comme pouvant donner lieu à une obligation d’attention à votre égard ou à l’égard d’un tiers, ou à l’instauration d’une relation de conseil. Ce document ne doit en aucun cas être considéré comme une offre, une sollicitation, une recommandation ou un conseil (financier, comptable, juridique, fiscal ou autre) donné par J.P. Morgan et/ou ses dirigeants ou employés, que cette communication ait été transmise ou non à votre demande. J.P. Morgan, ses filiales et ses collaborateurs ne fournissent pas de conseils de nature comptable, juridique ou fiscale. Vous êtes invité(e) à consulter vos propres conseillers fiscaux, juridiques et comptables avant d’effectuer une opération financière.

INFORMATIONS IMPORTANTES CONCERNANT VOS PLACEMENTS ET LES CONFLITS D’INTÉRÊTS POTENTIELS

Des conflits d’intérêts surviendront chaque fois que JPMorgan Chase Bank, N.A. ou l’une de ses filiales (collectivement, « J.P. Morgan ») possèdent une incitation financière ou autre réelle ou supposée dans sa gestion des portefeuilles de nos clients à agir d’une manière qui bénéficie à J.P. Morgan. Des conflits peuvent par exemple se produire (dans la mesure où votre compte autorise de telles activités) dans les cas suivants : (1) lorsque J.P. Morgan investit dans un produit d’investissement, tel qu’un fonds commun de placement, un produit structuré, un compte géré séparément ou un hedge fund créé ou géré par JPMorgan Chase Bank, N.A. ou une filiale telle que J.P. Morgan Investment Management Inc. ; (2) lorsqu’une entité J.P. Morgan obtient des services, y compris l’exécution et la compensation des ordres, de la part d’une filiale ; (3) lorsque J.P. Morgan reçoit un paiement à la suite de l’achat d’un produit d’investissement pour le compte d’un client ; ou (4) lorsque J.P. Morgan reçoit un paiement au titre de la prestation de services (y compris un service aux actionnaires, la tenue de registres ou la conservation) en ce qui concerne les produits d’investissement achetés pour le portefeuille d’un client. Les relations qu’entretient J.P. Morgan avec d’autres clients peuvent donner lieu à des conflits d’intérêt qui peuvent également survenir lorsque J.P. Morgan agit pour son propre compte.

Les stratégies d’investissement sont choisies à la fois par des gestionnaires d’actifs de J.P. Morgan et des gestionnaires d’actifs tiers et sont vérifiées par nos équipes d’analystes et de gestionnaires. Nos équipes responsables de la construction des portefeuilles sélectionnent, dans cette liste de stratégies, celles qui concordent avec nos objectifs d’allocation d’actifs et nos prévisions, afin d’atteindre l’objectif d’investissement du portefeuille.

En règle générale, nous préférons les stratégies gérées par J.P. Morgan. La proportion de stratégies gérées par J.P. Morgan devrait être importante (jusqu’à 100 %) pour les stratégies telles que, par exemple, les liquidités et les obligations de haute qualité, conformément à la législation en vigueur et aux conditions spécifiques au compte.

Bien que nos stratégies gérées en interne concordent généralement avec nos perspectives et malgré notre connaissance des processus d’investissement, ainsi que de la philosophie en matière de risque et de conformité qui découle de notre appartenance à la même société, nous tenons à rappeler que J.P. Morgan perçoit des commissions globales plus élevées lorsque des stratégies gérées en interne sont sélectionnées. Nous donnons la possibilité de choisir d’exclure les stratégies gérées par J.P. Morgan (en dehors des produits de trésorerie et de liquidité) dans certains portefeuilles.

Les Six Circles Funds sont des fonds communs enregistrés aux États-Unis, gérés par J.P. Morgan et sous-conseillés par des tierces parties. Bien qu’ils soient considérés comme des stratégies gérées en interne, JPMC ne perçoit pas de commission au titre de la gestion ou de tout autre service lié aux fonds.

INFORMATIONS RÉGLEMENTAIRES, SUR LA MARQUE ET SUR L’ENTITÉ JURIDIQUE

Aux États-Unis, les comptes de dépôts bancaires et les services connexes, tels que les comptes chèques, les comptes épargne et les prêts bancaires, sont proposés par JPMorgan Chase Bank, N.A. Membre de la FDIC.

JPMorgan Chase Bank, N.A. et ses sociétés affiliées (conjointement « JPMCB ») proposent des produits d’investissement, qui peuvent inclure des comptes bancaires d’investissement gérés et des services de dépôt, dans le cadre de leurs services fiduciaires et de trust. Les autres produits et services d’investissement, tels que les comptes de courtage et de conseil, sont proposés par J.P. Morgan Securities LLC (« JPMS »), membre de la FINRA et de la SIPC. Les produits de rente sont fournis par l’intermédiaire de Chase Insurance Agency, Inc. (CIA), une agence d’assurance menant ses activités sous le nom de Chase Insurance Agency Services, Inc. dans l’État de Floride. JPMCB, JPMS et CIA sont des sociétés affiliées sous le contrôle commun de JPM. Produits non disponibles dans tous les États.

En France, ce document est publié par JPMorgan Chase Bank NA, succursale de Paris, sise 14 place Vendôme 75001 Paris, enregistrée par la Chambre de Commerce de Paris sous le numéro 712 041 334,  réglementée par  par l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution et et par l’Autorité des Marchés Financiers pour la fourniture de services d’investissement. En Allemagne, ce document est publié par J.P. Morgan SE, sise à Taunustor 1 (TaunusTurm), 60310 Frankfurt am Main, Allemagne, autorisée par la Bundesanstalt für Finanzdienstleistungsaufsicht (BaFin) et sous l'autorité de tutelle de la BaFin, la Banque centrale allemande (Deutsche Bundesbank) et la Banque centrale européenne (BCE). Au Luxembourg, ce document est publié par J.P. Morgan SE – Succursale luxembourgeoise, sise à European Bank and Business Centre, 6 route de Treves, L-2633, Senningerberg, Luxembourg, agréée par la Bundesanstalt für Finanzdienstleistungsaufsicht (BaFin) et sous l'autorité de tutelle de la BaFin, la Banque centrale allemande (Deutsche Bundesbank) et de la Banque centrale européenne (BCE) ; J.P. Morgan SE – Succursale du Luxembourg est également sous l'autorité de tutelle de la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) ; immatriculée sous R.C.S. Luxembourg B255938. Au Royaume-Uni, ce document est produit par J.P. Morgan SE – Succursale de Londres, sise au 25 Bank Street, Canary Wharf, London E14 5JP, agréée par la Bundesanstalt für Finanzdienstleistungsaufsicht (BaFin) et sous l'autorité de tutelle de la BaFin, la Banque centrale allemande (Deutsche Bundesbank) et de la Banque centrale européenne (BCE) ; J.P. Morgan SE – Succursale de Londres est également sous l'autorité de tutelle de la Financial Conduct Authority et de la Prudential Regulation Authority. En Espagne, ce document est distribué par J.P. Morgan SE, Sucursal en España, sise au Paseo de la Castellana, 31, 28046 Madrid, Espagne, agréée par la Bundesanstalt für Finanzdienstleistungsaufsicht (BaFin) et sous l'autorité de tutelle de la BaFin, la Banque centrale allemande (Deutsche Bundesbank) et de la Banque centrale européenne (BCE) ; J.P. Morgan SE, Sucursal en España est également sous l'autorité de tutelle de la Commission espagnole du marché des valeurs mobilières (CNMV) ; enregistrée auprès de la Banque d’Espagne en tant que succursale de J.P. Morgan SE sous le code 1516. En Italie, ce document est distribué par J.P. Morgan SE – Succursale de Milan, sise à Via Cordusio, n.3, Milan 20123, Italie, agréée par la Bundesanstalt für Finanzdienstleistungsaufsicht (BaFin) et sous l'autorité de tutelle de la BaFin, la Banque centrale allemande (Deutsche Bundesbank) et de la Banque centrale européenne (BCE) ; J.P. Morgan SE – Succursale de Milan est également sous l'autorité de tutelle de la Banque d’Italie et la Commissione Nazionale per le Società e la Borsa (CONSOB) ; enregistrée auprès de la Banque d’Italie en tant que succursale de J.P. Morgan SE sous le code 8079 ; numéro d’enregistrement à la Chambre de commerce de Milan : REA MI - 2542712. Aux Pays-Bas, ce document est distribué par J.P. Morgan SE – Succursale d’Amsterdam, sise au World Trade Centre, Tower B, Strawinskylaan 1135, 1077 XX, Amsterdam, Pays-Bas, autorisée par la Bundesanstalt für Finanzdienstleistungsaufsicht (BaFin) et sous l'autorité de tutelle de la BaFin, la Banque centrale allemande (Deutsche Bundesbank) et de la Banque européenne Banque centrale (BCE) ; J.P. Morgan SE – succursale d’Amsterdam est également autorisée et sous l'autorité de tutelle de De Nederlandsche Bank (DNB) et de l’Autoriteit Financiële Markten (AFM) aux Pays-Bas. Enregistré auprès du Kamer van Koophandel en tant que filiale de J.P. Morgan Bank SE sous le numéro d’enregistrement 71651845. Au Danemark, ce document est distribué par J.P. Morgan SE – succursale de Copenhague, filial af J.P. Morgan SE, Tyskland, sise à Kalvebod Brygge 39-41, 1560 København V, Danemark, autorisée par la Bundesanstalt für Finanzdienstleistungsaufsicht (BaFin) et sous l'autorité de tutelle de la BaFin, la Banque centrale allemande (Deutsche Bundesbank) et de la Banque centrale européenne (BCE) ; J.P. Morgan SE – succursale de Copenhague, filial af J.P. Morgan SE, Tyskland est également sous l'autorité de tutelle de la Finanstilsynet (Danish FSA) et enregistrée auprès de Finanstilsynet en tant que succursale de J.P. Morgan SE sous le code 29010. En Suède, ce document est distribué par J.P. Morgan SE – Stockholm Bankfilial, sise à Hamngatan 15, Stockholm, 11147, Suède, agréée par la Bundesanstalt für Finanzdienstleistungsaufsicht (BaFin) et sous l'autorité de tutelle de la BaFin, la Banque centrale allemande (Deutsche Bundesbank) et de la Banque centrale européenne (BCE) ; J.P. Morgan SE – Stockholm Bankfilial est également sous l'autorité de tutelle de la Finansinspektionen (FSA suédoise) ; enregistrée auprès de Finansinspektionen en tant que succursale de J.P. Morgan SE. En Suisse, ce document est distribué par J.P. Morgan (Suisse) SA, qui est réglementée en Suisse par l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA). J.P. Morgan (Suisse) SA, dont le siège social est au 35 rue du Rhône, 1204, Genève, Suisse, est agréée et supervisée par l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA), en tant que banque et courtier en valeurs en Suisse.  Cette communication est une publication dans le cadre de la Directive sur les marchés d'instruments financiers (MIFID II) et de la Loi fédérale suisse sur les services financiers (FINSA). Les investisseurs ne doivent pas souscrire ni acheter d’instruments financiers mentionnés dans cette publication, sauf sur la base des informations contenues dans tout document juridique applicable, qui est ou sera mis à disposition dans les juridictions concernées (selon les besoins).

Les références à « J.P. Morgan » faites dans ce document désignent JPM, ses différentes filiales et sociétés affiliées à travers le monde. « La Banque Privée de J.P. Morgan » est la marque commerciale utilisée par JPM pour ses opérations de banque privée. Le présent document est destiné à une utilisation strictement personnelle et il ne doit pas être diffusé à un tiers quelconque, ou utilisé par un tiers quelconque, ni dupliqué afin d’être utilisé à des fins autres qu’une utilisation personnelle sans notre permission. Si vous avez des questions ou si vous ne souhaitez plus recevoir ce type de communication, veuillez contacter votre représentant J.P. Morgan. 

© 2023 JPMorgan Chase & Co. Tous droits réservés

EN SAVOIR PLUS sur notre société et nos professionnels de l’investissement grâce à FINRA Brokercheck

Pour en savoir plus sur les activités d’investissement de JP Morgan, y compris nos comptes, produits et services, ainsi que notre relation avec vous, veuillez consulter notre formulaire CRS et notre guide des services d’investissement et des produits de courtage de JP Morgan Securities LLC. 
 

JPMorgan Chase Bank, N.A. et ses filiales (collectivement « JPMCB ») proposent des services d’investissement, qui peuvent inclure les comptes et le dépôt gérés par la banque, dans le cadre de ses services de trust et fiduciaires. D’autres produits et services d’investissement, tels que les comptes de courtage et de conseil, sont proposés par l’intermédiaire de J.P. Morgan Securities LLC (« JPMS »), un membre de FINRA et SIPC. Les produits d’assurance sont mis à disposition à travers Chase Insurance Agency, Inc. (CIA), une agence d'assurance agréée, menant ses activités en tant que Chase Insurance Agency Services, Inc. en Floride. JPMCB, JPMS et CIA sont des sociétés affiliées sous le contrôle commun de JPMorgan Chase & Co. Les produits ne sont pas disponibles dans tous les états. Veuillez lire l’avis de non-responsabilité légale en conjonction avec ces pages.

LES PRODUITS D’INVESTISSEMENT ET D’ASSURANCE SONT : • NON ASSURÉ PAR LA FDIC • NON ASSURÉ PAR UN ORGANISME DU GOUVERNEMENT FÉDÉRAL • NON CONSTITUTIF D’UN DÉPÔT OU D’UNE AUTRE OBLIGATION DE JPMORGAN CHASE BANK, N.A. OU DE L’UNE DE SES SOCIÉTÉS AFFILIÉES, NI GARANTI PAR CELLES-CI • SOUMIS À DES RISQUES D’INVESTISSEMENT, Y COMPRIS LA PERTE ÉVENTUELLE DU MONTANT PRINCIPAL INVESTI

Les produits de dépôt bancaire, tels que les chèques, l’épargne et les prêts bancaires et les services connexes sont proposés par JPMorgan Chase Bank, N.A. Membre de la FDIC. Ne constitue pas un engagement à accorder un prêt. Tout octroi de crédit est sujet à une approbation de la part du prêteur.