Des discussions sont en cours actuellement pour trouver des alternatives au LIBOR et aux autres taux interbancaires offerts.

Le LIBOR est un taux d'intérêt qui, depuis plus de trente ans maintenant, sert de référence à un large éventail de produits financiers à travers le monde. Il est prévu qu'il soit abandonné d'ici fin 2021.

Aux quatre coins du globe, un mouvement de fond anime banques centrales et acteurs du secteur, dont J.P. Morgan, autour de la recherche de nouveaux taux répondant aux grands principes définis par l'Organisation internationale des commissions de valeurs (OICV-IOSCO), l'organisme de référence en matière de normes de régulation des marchés de valeurs mobilières.

J.P. Morgan ne manquera pas de vous tenir informé des principaux développements à ce sujet.

Le London Interbank Offered Rate (LIBOR) est utilisé, entre autres, pour calculer les taux d'intérêt applicables à certains produits financiers. Il repose sur les taux quotidiens appliqués au sein d'un échantillon de banques issues de la place londonienne, qui reflètent le coût d'un emprunt sans garantie sur des périodes données : au jour le jour, à un mois, à trois mois, à six mois et à un an.

Le LIBOR est considéré comme le « taux le plus important au monde » dès lors qu'il est le plus utilisé de tous les taux interbancaires offerts (IBOR, Interbank Offered Rates). Il sert de référence à un grand nombre de produits, des contrats clients aux dérivés de taux d'intérêt en USD (ces derniers représentant plus de 190.000 milliards de dollars).1

Au total, ce sont pas moins de 400.000 milliards de dollars d'actifs libellés dans différentes monnaies (livre sterling, yen japonais, franc suisse, euro ou dollar notamment)2 qui devront abandonner le LIBOR au profit d'autres taux d'intérêt de référence.

Ces dernières années, les banques ont réduit leurs emprunts non garantis à court terme. Autrement dit, un recul de l'activité est constaté sur le marché que le LIBOR cherche à mesurer. Dans ce contexte, la Financial Conduct Authority (FCA), l'autorité de tutelle britannique en charge de la supervision du LIBOR, a indiqué qu'au-delà de 2021, les banques ne seront plus obligées de communiquer leurs taux quotidiens.

Le Conseil de stabilité financière (CSF), organisme international qui surveille et émet des recommandations à l'égard du système financier mondial, coordonne les efforts menés à travers le monde pour réformer le régime de référence et s'affranchir du LIBOR. Des groupes de travail nationaux ont été créés au sein des juridictions du CSF, et notamment aux Etats-Unis, au Japon et dans l'Union européenne.

J.P. Morgan sert une clientèle issue de plus de 100 pays différents. Nous sommes depuis le début au cœur de la réflexion et sommes en mesure de suivre les travaux de réformes engagés dans différentes régions de même que leur impact potentiel sur les marchés mondiaux.

Tout dépend du type d'investissement ou de crédit que vous avez contracté. Nous vous tiendrons régulièrement informé de la situation. Sachez par ailleurs que J.P. Morgan se tient à votre disposition pour toute question que vous pourriez vous poser à ce sujet.

Plusieurs pays à travers le monde ont commencé à utiliser certains des taux de référence proposés pour remplacer le LIBOR et les autres taux IBOR.

1 « Leaving LIBOR: A Landmark Transition, » J.P. Morgan, janvier 2019, https://www.jpmorgan.com/global/markets/libor-sofr.

2 « Après le LIBOR : une introduction aux nouveaux taux de référence, » BRI, mars 2019, https://www.bis.org/publ/qtrpdf/r_qt1903e_fr.htm.