Dans quelle mesure pensez-vous pouvoir maintenir votre niveau de vie sans ajustements significatifs, pendant le reste de votre vie ? Et dans n’importe quel cycle de marché ?

Existe-t-il pire corvée que de budgéter ses dépenses ? Sans doute pas. Rassurez-vous, il ne s’agit pas d'un article sur la budgétisation de votre mode de vie. Nous vous présentons plutôt la manière de prévoir vos dépenses personnelles afin que n’ayez pas à les intégrer dans un budget. L’objectif : affecter suffisamment d’argent à la poche « niveau de vie » et l’investir de manière appropriée afin de satisfaire vos besoins et envies ainsi que ceux de votre famille tout au long de votre vie.

Attention de bien faire la distinction entre poche « niveau de vie » et poche « liquidités ». La poche de liquidités contient des espèces et autres formes de liquidités visant à couvrir les flux de trésorerie opérationnels, les achats importants et les investissements opportuns tout en vous permettant de dormir sur vos deux oreilles.

Une poche « niveau de vie » contient des ressources financières et des investissements, intégrés dans une stratégie « coffre-fort », supposés pourvoir efficacement à vos besoins et envies tout au long de votre vie. En cas de besoin, cet argent est disponible dans le seul but de vous offrir une vie confortable.

Notre approche de la poche « niveau de vie » repose sur 4 éléments :

  • Identifier l’objectif de votre niveau de vie
  • Estimer son montant annuel 
  • Identifier combien de temps ce montant sera nécessaire
  • Déterminer le niveau de certitude avec lequel vous souhaiteriez pouvoir dépenser cet argent

Identifier votre mode de vie

Votre mode de vie comporte toute une série de dépenses qui ont généralement trait à l’une des trois catégories suivantes : vous-même et votre conjoint/partenaire, votre famille, votre communauté. Dans la première catégorie, évaluez les dépenses de base telles que l’alimentation, les vêtements, l’entretien de la maison, les voyages, les grands achats en cours, autrement dit, les rouages de la vie quotidienne. Dans la seconde catégorie, réfléchissez aux cadeaux destinés aux membres de votre famille, par exemple les études supérieures des enfants et des petits-enfants, le financement d’un mariage, les dons annuels ou peut-être la résidence de vacances familiale. Enfin, la troisième catégorie recouvre les dons à la communauté, notamment à votre université ou aux œuvres caritatives, des legs de nature philanthropique.

Estimer le montant

L’étape suivante consiste à évaluer chacune de ces catégories. Une nouvelle fois, nous ne parlons pas de budget, mais simplement d’un chiffre total. Celui-ci peut être précis ou approximatif. Certaines personnes ne souhaitent pas entrer dans les détails et se contentent de dire, je dépense environ X par an pour moi et mon conjoint, Y pour mes enfants et Z pour la communauté.

Identifier combien de temps ce montant sera nécessaire

Le temps est sans doute l’un des éléments les plus importants dans la réflexion sur la mise en place d'une réserve de ressources. Le temps détermine combien d’argent détenir et la manière dont il doit être investi. Vivre au-delà de 90 ans n’a plus rien d’exceptionnel aujourd’hui. Donc, si vous avez 60 ans, prévoir un mode de vie annuel sur 30 à 35 ans est tout à fait pertinent. Et si vous vous apprêtez à investir sur le long terme, prendre des risques mesurés sur de longues périodes pourrait être judicieux. Mais si vous avez besoin de ponctionner de grosses sommes d’argent dans votre réserve dans un avenir plus ou moins proche, il est absolument essentiel de réduire ce risque.

Tenir compte de l’élément de certitude

Vous connaissez maintenant les chiffres importants, à savoir les montants dont vous aurez besoin pendant un certain nombre d’années. Ensuite, posez-vous une question importante, mais à laquelle vous aurez peut-être du mal à répondre : avec quel degré de certitude avez-vous besoin de savoir si ces dépenses pour financer votre mode de vie seront couvertes ? S'il vous faut un degré de certitude élevé, vous devez mettre relativement plus d’argent dans votre poche « niveau de vie » dans la mesure où celle-ci sera investie selon une approche axée sur la prudence. En revanche, si certaines de vos dépenses sont flexibles, vous pouvez choisir d’allouer un peu moins d’argent et de l’investir de manière plus agressive. Qui dit risque plus élevé, dit rendement plus élevé, mais la certitude que vous pourrez atteindre ces objectifs sera moins grande.

Souhaitez-vous opter pour davantage de certitude avec des réserves plus importantes ? Ou pour moins de certitude avec des réserves plus restreintes ? Vous voilà face à l’inévitable compromis. (Malheureusement, vous ne pouvez pas avoir le beurre et l’argent du beurre).

Pour vous aider à matérialiser ce concept, voici un exemple de raisonnement visant à aligner le capital de votre portefeuille sur une poche « niveau de vie » (cf. graphique).   

Illustration 1 : Graphique présentant un exemple de la manière dont vous devriez réfléchir à l’allocation de votre poche « niveau de vie » dans le contexte d'un portefeuille de 100 millions USD. L’exemple montre que vous devriez affecter 30 millions USD à la poche « niveau de vie » si vous prévoyez de dépenser 1 million USD par an pendant 35 ans.

Dépenses essentielles et discrétionnaires

Vous pouvez toutefois rendre le compromis plus acceptable en divisant vos besoins en dépenses essentielles et discrétionnaires. Disons, par exemple, que deux tiers des dépenses ne sont pas négociables, alors qu'un tiers pourrait être éliminé sans gêne sensible. Dans ce scénario, la poche essentielle impliquerait une certitude plus élevée et serait donc dimensionnée et investie en conséquence, alors que les dépenses discrétionnaires pourraient s’orienter sur une poche plus petite et une stratégie d’investissement plus agressive. Rappelez-vous toutefois que vous devez accepter d’« abandonner » les dépenses discrétionnaires si les circonstances l’exigent.

Soyez honnête envers vous-même et reconnaissez quand une dépense vous semble réellement essentielle. Au risque d’enfoncer des portes ouvertes, voici la manière dont les gens se comportent avec leur argent : à mesure que notre niveau de richesse augmente, nous tendons à consommer et à dépenser plus pour répondre à notre nouveau statut. Cela peut prendre la forme d’une nouvelle maison ou d’une œuvre d’art cotée. Ce qui aurait pu passer pour une dépense discrétionnaire il y a dix ans est devenu essentiel.

Conclusion

L’important, c’est de considérer les compromis de manière intentionnelle et délibérée, et de tenir compte du message qu'ils envoient. Peut-être que le message envoyé, c’est que vous dépensez trop ou pas assez par rapport à votre niveau de richesse. Peut-être que le message envoyé, c’est que votre projet concernant le financement de votre mode de vie est solide, mais nécessite quelques ajustements mineurs. Ne perdez pas de vue l’objectif ultime : vous assurer que vous avez alloué suffisamment d’argent à la poche « niveau de vie » et que vous l’investissez de manière appropriée afin de satisfaire vos besoins financiers ainsi que ceux de votre famille tout au long de votre vie. Nous estimons que notre approche à 4 éléments peut vous guider dans votre réflexion et servir de base aux échanges avec votre famille et vos proches conseillers.